Une petite tranche de Fansipan

Quelques jours à dévaler les rizières, sur la route du toît de l’Indochine qu’on n’atteindra jamais. Quelques nuits chez les villageois, à partager des tournées de vin de riz sous l’unique ampoule de la chaumière. Quelques photos de ce court séjour dans les environs de Sapa, petite perle verte et valonnée du nord du pays.

Dès le réveil, pendant qu'on se délecte d'un Pho (soupe de nouilles locale), d'autres se font dorer la pilule!  Il est midi, nous entamons une petite marche en direction du Fansipan surnommé "le toit de l'Indochine", qui culmine à 3143m. On est plus que chanceux. La grisaille matinale a laissé place au beau temps!

Parmi les minorités ethniques présentes dans la région, les black Hmong sont l'une des plus représentées. Le premier soir, on pose la tente dans le "jardin" de Suk, un jeune guide hmong rencontré au détour d'une rizière! Après une nuit frileuse et une soirée arrosée à l'alcool de riz en compagnie de Suk et de son père, on reprend la route...

Le Fansipan est désormais interdit aux marcheurs individuels. Interdiction de passer, les gardiens vous renvoient chercher un guide à Sapa! Finalement, c'est tout aussi bien de se perdre dans les rizières des alentours! J'te dis, c'est par là!

On est pas les seuls à se balader dans le coin, mais pour le coup, on ne croise pas un seul touriste! Sur la route, on partage le repas du midi avec une famille Hmong. Ici, l'hospitalité ne se monnaie pas ! Si la plupart du temps, les gamins des villages nous interpellent par des "money" ou des "bonbons", certains nous courent après pour nous offrir un bouquet de fleurs!

Même les garçons ont leur part du gâteau :-) À presque 2000m d'altitude, on fait demi-tour. Les chemins ne sont plus très sûrs, et la gourde est presque vide! Après une nuit passée dans une autre famille, on croise de bon matin les écoliers en uniforme qui affluent en masse des villages voisins. La cloche a beau sonner, les gamins ont du mal à rejoindre les salles de classe. Le niveau d'étude est relativement faible dans les montagnes. Une fois les bases acquises, la plupart des enfants retournent aux champs aider leurs parents... ...ou arpenter des dizaines de kilomètres pour la récolte de bois quotidienne.

La descente de la montagne est magnifique; la végétation est dense et luxuriante. En bas, des vasques d'eau claire invitent à la détente, et à une douche bien fraîche! Repus et tout propre, on se dirige vers la cascade de Cat Cat. On pose devant la cascade...

... jusqu'à plus soif! La cascade de Cat Cat. Finalement, on aura eu raison des gardiens du parc. En remontant par l'arrière, on s'est affranchis des droits d'entrée!

Cette femme Hmong empaquette sa récolte avant de rentrer au village. Tous les vendredi, un grand marché se tient sur la place centrale de Sapa. Après une courte négociation qui donne le sourire aux deux parties, nous reprenons la route d'Hanoi.

Nos partenaires

ville-de-lyon    vaf    fedina    aosed    kpa

Logo-Region-en-couleurs-fichier-jpg-haute-definition      logo alter      logo resacoop 

Suivez-nous!

powered by contentmap

Ils/Elles s'engagent!

  • Dewi, vice Secrétaire générale, KPA, Jakarta, Indonésie: "En m'engageant avec KPA en 2007, j'ai compris que l'Indonésie est avant tout un pays agricole, même si nos dirigeants n'en tiennent pas compte".

    Dewi, vice Secrétaire générale, KPA, Jakarta, Indonésie: "En m'engageant avec KPA en 2007, j'ai compris que l'Indonésie est avant tout un pays agricole, même si nos dirigeants n'en tiennent pas compte".

  • Dwi Agus, Chargé de campagnes, KPA, Jakarta, Indonésie : "Depuis des années, je vois comment vivent les gens ici, et j'en suis triste. Mon engagement est plus qu'un job, c'est un moyen de protester".

    Dwi Agus, Chargé de campagnes, KPA, Jakarta, Indonésie : "Depuis des années, je vois comment vivent les gens ici, et j'en suis triste. Mon engagement est plus qu'un job, c'est un moyen de protester".

  • Iwan, Secrétaire général, KPA, Jakarta, Indonésie : "J'ai embrassé la cause paysanne dès la fin de mes études, car l'accès à la terre est au coeur de toutes les difficultés sociales que connait l'Indonésie aujourd'hui".

    Iwan, Secrétaire général, KPA, Jakarta, Indonésie : "J'ai embrassé la cause paysanne dès la fin de mes études, car l'accès à la terre est au coeur de toutes les difficultés sociales que connait l'Indonésie aujourd'hui".

  • Andri, Chargé de campagnes et de recherches, KPA, Jakarta, Indonésie : "Le gouvernement refuse d'agir au sujet de l'accès à la terre, bien que ce soit un problème fondamental. On essaye donc de créer un vrai changement social par nos actions".

    Andri, Chargé de campagnes et de recherches, KPA, Jakarta, Indonésie : "Le gouvernement refuse d'agir au sujet de l'accès à la terre, bien que ce soit un problème fondamental. On essaye donc de créer un vrai changement social par nos actions".

  • Roy, Secrétaire, KPA, Jakarta, Indonésie: "Depuis l'université, je suis engagée dans les mouvements étudiant et ouvrier. Aujourd'hui, je veux en apprendre davantage sur la cause paysanne, pour continuer à lutter contre les injustices".

    Roy, Secrétaire, KPA, Jakarta, Indonésie: "Depuis l'université, je suis engagée dans les mouvements étudiant et ouvrier. Aujourd'hui, je veux en apprendre davantage sur la cause paysanne, pour continuer à lutter contre les injustices".

Like us!

Nous contacter

IMG 1974 640x427 76x51

lesreporterssolidaires@gmail.com

Plus d'infos et de photos sur Facebook: Les reporters solidaires