Un an de reportage itinérant en Asie du Sud-est

9 pays traversés, 4 phases de reportages, 1 an sur les routes ! L'objectif ? Médiatiser les initiatives locales de lutte contre l'exclusion socio-économique en Asie du Sud-est.

L'Asie du Sud-est, entre croissance et exclusion

Prospère et inégale. C'est ainsi que l'on pourrait qualifier l'Asie du Sud-est aujourd'hui, après plusieurs décennies de succès économiques. En effet, si le sous-continent s'est rapidement développé dans la seconde moitié du XXe siècle, « les fruits de la croissance n’ont pas bénéficié à tous. De larges couches de populations sont restées sur le bord de la route, et ont été les victimes de cette modernisation à cadence accélérée et à marche forcée »[1].

En 1997, la crise économique qui ravage la région vient aggraver la précarité latente d’un nombre considérable de personnes. Selon l’OIT, cette crise a causé la mise au chômage de 24 millions de travailleurs, et 20 millions de personnes ont été plongées dans la pauvreté. Les populations ont été  touchées par différents maux:

- une m ontée en puissance du nombre de travailleurs de l’économie informelle

- un nivellement par le bas des conditions de travail et des rémunérations

- une augmentation du travail des mineurs

- une spoliation accrue des terres paysannes par les multinationales

- un recul des investissements en matière d’éducation et de santé 

- une exclusion exacerbée des minorités ethniques

Ces quelques symptômes constituent la base thématique de notre projet. Plutôt que d’étudier le mal lui-même, nous avons choisi d'axer notre travail autour des solutions proposées par les membres des sociétés civiles locales.

Une longue phase d'élaboration

La réflexion est née de notre volonté commune de valoriser l'engagement de proximité, et les réponses apportées au niveau local aux difficultés socio-économiques. Nous avons pu constater au fil de nos parcours respectifs que les actions de solidarité locale sont généralement les plus pertinentes, car ceux qui les réalisent vivent au quotidien au contact du problème contre lequel ils luttent.

Forts de cette volonté, nous avons travaillé pendant plus de deux ans pour définir un itinéraire, tisser des partenariats, et finaliser nos objectifs et nos outils de travail. Nous avons opté pour des reportages écrits, illustrés et complétés par de nombreuses photos.

Plusieurs acteurs associatifs et institutionnels nous ont soutenu méthodologiquement et financièrement. Outre la ville de Lyon et la région Rhône-Alpes, nous travaillons en lien étroit avec l’ONG Frères des Hommes, qui est notre principal partenaire. D'autre part, nous avons choisi nos interlocuteurs asiatiques en privilégiant des associations bien implantées localement (rayonnement important avec un ancrage dans les communautés et les villages), et gérées par des acteurs locaux.

A la rencontre de ceux qui s'engagent localement

Nous passerons plusieurs semaines auprès de chaque association partenaire, afin de découvrir ses membres, de comprendre leur engagement, de cerner le contexte d’intervention socio-économique, de décrypter le fonctionnement de l’association...Nous avons délibérément limité le nombre de pays, et donc de structures, à 4, afin de disposer de suffisamment de temps auprès de chacun (environ 6 semaines). Etant donné que nous rallierons ces différents pays par voie terrestre, il faut également compter un temps important d'itinérance. 

Durant nos 4 phases de reportage, nous irons à la rencontre de Fedina et des travailleurs du secteur informel en Inde, d'AOSED qui soutient des familles privées d'accès aux ressources naturelles au Bangladesh, de SJ Vietnam et des familles des quartiers défavorisés d'Hanoi, ainsi que de KPA, qui lutte pour les droits des paysans exproproriés en Indonésie.

En marge de ces reportages, nous partagerons avec vous anecdotes et récits de voyages. Suivez-nous dès maintenant dans l'aventure!

[1] « Un autre visage de l’Asie », CHRISPIN M., http://www.diploweb.com, 7 mars 2009.