"Qu'est ce qui vous a donné envie de faire ce voyage?"

Les enfants sont les citoyens de demain. Leur parler du monde, des différences culturelles, c’est ouvrir dans leur esprit une fenêtre sur le globe et tout ce qu'il abrite de diversité. C’est dans cet optique que nous entretenons, depuis le début du projet, une correspondance mensuelle avec l’école Cousteau de Gétigné (44).

L’école Jacques-Yves Cousteau est un bâtiment que je connais bien. J’y ai un peu grandi, tant ma mère y a passé d’heures, m'emmenant parfois avec elle. Marie-Pierre Simonet est la directrice de cette école depuis plus de 20 ans. Enseignante passionnée, elle a toujours cherché à élargir les horizons de ses élèves. J’avais déjà échangé avec les enfants de sa classe en 2006 et 2007, au retour de voyages au Burkina-Faso. C’est donc tout naturellement que nous avons mis en place cette nouvelle correspondance, dans le cadre des Reporters solidaires.

Les enfants avec leur maitresse Marie-Pierre...L’école Cousteau est l’établissement scolaire publique de Gétigné, une petite bourgade tranquille située en Loire-Atlantique, aux confins de la Vendée et du Maine et Loire. Elle compte 5 classes, à savoir un CP, un CP/CE1, un CE2, un CM1, et un CM2. La classe de Marie-Pierre Simonet et de sa collègue Aurélie, avec laquelle nous correspondons, est composée de 21 élèves …et de Flocon le lapin! Nous essayons de leur envoyer de nos nouvelles chaque mois, en fonction de nos conditions de voyage du moment, sous la forme d’un document illustré par nos photos. Longs d’une dizaine de pages, ces textes présentent le pays ou nous nous trouvons (géographie, population, tradition, faune et flore…). Les enfants nous répondent toujours rapidement, sous forme de questions ou de lettres.

Leur maîtresse nous explique comment elle s'organise pour utiliser nos envois: “ nous vous situons et vous suivons sur une carte et sur le globe. Lorsque les reportages arrivent, je les projette au vidéo projecteur. Nous les lisons et les commentons. Les enfants apportent leurs propres connaissances. Chaque enfant a ensuite un dossier des reportages, qu'il doit lire à la maison, de façon à impliquer les parents. A l'issue de cela, je leur demande de poser 2 questions sur le pays concerné. A l'arrivée des réponses, chaque enfant a la sienne, et il vient la lire à ses camarades. Tout cela est consigné dans un classeur qu'ils garderont en fin d'année. Ils auront ainsi tous les reportages”. Pour Noël, chaque enfant nous a rédigé une lettre, pour nous raconter les fêtes en France et nous demander de nos nouvelles. Ils le referont au mois de mars.

...et leur maîtresse Aurélie!Si ces échanges permettent de présenter les différents pays d’Asie que nous parcourons aux enfants, ils ont aussi un grand intérêt pour nous. Le regard des élèves est innocent, neuf, et il interroge le monde d’une manière bien différente de la nôtre. Leurs questions nous font sourire, nous laissent perplexes, nous aident à percevoir notre voyage différemment. Leur écrire est un plaisir, mais aussi un exercice bien particulier. Il faut leur présenter les choses de manière à ce qu'ils puissent les concevoir, et réagir à des questions parfois si pertinentes qu'on ne sait plus trop quoi y répondre! Afin de valoriser ces questions, nous diffusons de temps en temps l’une d’entre elles sur notre page Facebook. Le but est d’interpeller les personnes qui nous suivent, et de les amener à s’interroger, simplement, sur ce que les adultes oublient parfois.

En septembre 2013, nous rendrons une petite visite aux enfants de l’école Cousteau, pour échanger encore avec eux . Ce sera l'occasion de répondre à cette question, fondamentale, que l'un d'entre eux nous a posé, et qu'on se remémmore lorsqu'on perd le fil de nos aventures: "Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire ce voyage?".

Nos partenaires

ville-de-lyon    vaf    fedina    aosed    kpa

Logo-Region-en-couleurs-fichier-jpg-haute-definition      logo alter      logo resacoop 

Suivez-nous!

powered by contentmap

Ils/Elles s'engagent!

  • Dewi, vice Secrétaire générale, KPA, Jakarta, Indonésie: "En m'engageant avec KPA en 2007, j'ai compris que l'Indonésie est avant tout un pays agricole, même si nos dirigeants n'en tiennent pas compte".

    Dewi, vice Secrétaire générale, KPA, Jakarta, Indonésie: "En m'engageant avec KPA en 2007, j'ai compris que l'Indonésie est avant tout un pays agricole, même si nos dirigeants n'en tiennent pas compte".

  • Dwi Agus, Chargé de campagnes, KPA, Jakarta, Indonésie : "Depuis des années, je vois comment vivent les gens ici, et j'en suis triste. Mon engagement est plus qu'un job, c'est un moyen de protester".

    Dwi Agus, Chargé de campagnes, KPA, Jakarta, Indonésie : "Depuis des années, je vois comment vivent les gens ici, et j'en suis triste. Mon engagement est plus qu'un job, c'est un moyen de protester".

  • Iwan, Secrétaire général, KPA, Jakarta, Indonésie : "J'ai embrassé la cause paysanne dès la fin de mes études, car l'accès à la terre est au coeur de toutes les difficultés sociales que connait l'Indonésie aujourd'hui".

    Iwan, Secrétaire général, KPA, Jakarta, Indonésie : "J'ai embrassé la cause paysanne dès la fin de mes études, car l'accès à la terre est au coeur de toutes les difficultés sociales que connait l'Indonésie aujourd'hui".

  • Andri, Chargé de campagnes et de recherches, KPA, Jakarta, Indonésie : "Le gouvernement refuse d'agir au sujet de l'accès à la terre, bien que ce soit un problème fondamental. On essaye donc de créer un vrai changement social par nos actions".

    Andri, Chargé de campagnes et de recherches, KPA, Jakarta, Indonésie : "Le gouvernement refuse d'agir au sujet de l'accès à la terre, bien que ce soit un problème fondamental. On essaye donc de créer un vrai changement social par nos actions".

  • Roy, Secrétaire, KPA, Jakarta, Indonésie: "Depuis l'université, je suis engagée dans les mouvements étudiant et ouvrier. Aujourd'hui, je veux en apprendre davantage sur la cause paysanne, pour continuer à lutter contre les injustices".

    Roy, Secrétaire, KPA, Jakarta, Indonésie: "Depuis l'université, je suis engagée dans les mouvements étudiant et ouvrier. Aujourd'hui, je veux en apprendre davantage sur la cause paysanne, pour continuer à lutter contre les injustices".

Like us!

Nous contacter

IMG 1974 640x427 76x51

lesreporterssolidaires@gmail.com

Plus d'infos et de photos sur Facebook: Les reporters solidaires